Demandez le programme

01 Mar 2018
+

Martin Margiela crée la vie – Musée Galliera

« Animer » du latin animare (« donner de la vie »), de anima (« souffle, vie »)

Etymologie

Plaisir de découvrir ou redécouvrir les créations de Martin Margiela actuellement présentées au Musée Galliera.
La position des mannequins, l’imperfection contrôlée de certains supports, les jeux d’ombres et de lumières finement maitrisés… Ici tout donne la sensation de vie.
Une grande leçon à toutes ses scénographies « interactives et ultra connectées » qui manquent parfois cruellement de sensualité…
A découvrir sans attendre – jusqu’au 15 Juin 2018 au Musée Galliera.

01 Oct 2017
+

Exposition « Triptyque » la vie, l’amour, la mort – Galerie Mazlo

A venir…

 

Exposition organisée par la galerie LA Joaillerie Par Mazlo dans le cadre de l’évènement Parcours Bijoux.
14 Octobre – 15 Novembre 2017

Galerie LA Joaillerie Par Mazlo
31, rue Guénégaud
75006 Paris

Au plaisir de vous y recevoir pour vous présenter l’oeuvre « 1350°C » née de la rencontre du photographe Héctor Olguin et de Cynthia Ayral.

 

16 Juin 2017
+

Vernissage « inlassable – insaisissable » – Galerie Santo Amor

La pensée échappe toujours à ce qui tente de l’étouffer. Elle se fait insaisissable à la compression ; elle se réfugie d’une forme à l’autre.

Victor Hugo, Les Châtiments

Dans l’exposition « Inlassable insaisissable » la galerie Santo Amor réunit Elizabeth Saint-Jalmes, Héctor Olguin et Cynthia Ayral. Trois créateurs transdisciplinaires, heureux dans le mouvement et dans ce qui n’est jamais fixé.
C’est également la première exposition de l’oeuvre « 1350°C » né de la rencontre du photographe Héctor Olguin et de Cynthia Ayral.
Cette œuvre, interroge sur le caractère insaisissable de l’érotisme, pensé comme construction intellectuelle : le parcours qui mène au désir.
Situé aux confluences des arts plastiques, des arts appliqués et des métiers d’Art, 1350°C est une symphonie jouée à 16 mains :
Hector Olguin & Cynthia Ayral
+ Béatrice Balivet (céramique – bijou contemporain), Mäelle De la Forge (designer – bijou contemporain), Kostia (ébénisterie d’art – écrin), Monsieur Antoine (ingénierie et éclairage –  écrin), Carole Rousseaux Godeffroy (design – édition), Florence Clec’h (Impression – édition + bijou contemporain)

18 Oct 2016
+

Trendmap – Trend store-ies: Black Bang Theory

Entrevista con Magali.
Entrevista por Marcia L. y Juan Luis Casañas B. | Foto por Jaime Abascal

Trendmap

Cierra los ojos e imagina pequeños rayos de luz que entran en la oscuridad que se genera. Eso es lo que uno siente al entrar en Black Bang Theory, un espacio que te llama la atención desde el momento en que entras. El color negro impregna todo el lugar, pero está muy lejos de ser una oscuridad deprimente, se trata más bien de una sombra que permite resaltar los pequeños rincones luminosos, dándoles mayor belleza; es decir, una oscuridad creativa. No hablamos de una simple tienda, podríamos decir que Black Bang Theory está mucho más cerca de un espacio museístico, en el que cada elemento está pensado como parte de un todo llamado a despertar nuestra curiosidad estética. Más que un concept-store, estamos ante una verdadera propuesta creativa que nos desvela Magali, la mano que mueve los hilos detrás de este incredíble lugar.

Fermez les yeux et imaginez de fins rayons de lumière qui percent l’obscurité de l’atmosphère ambiante. Cette sensation est celle que l’on ressent en entrant dans le Black Bang Theory, un espace qui vous impressionne dès que vous y pénétrez. Le noir imprègne l’ensemble du lieu, mais on est ici très loin d’une obscurité déprimante, il s’agit ici plus d’une ombre qui met en exergue de petites niches de lumière, sublimant leur beauté, dans une obscurité créatrice. Nous ne décrivons pas ici un simple magasin, en ce que Black Bang Theory est bien plus proche d’un espace de musée où chaque élément est pensé comme partie d’un ensemble dont l’objectif est de réveiller notre curiosité esthétique. Plus qu’un concept store, nous sommes ici face à une vraie proposition créative que nous dévoile Magali, la main qui tire les ficelles de cette incroyable espace.

 

T M: Háblanos de Black Bang Theory … ¿Cuál es el concepto y filosofía de este lugar? ¿Qué es lo que queréis transmitir con vuestras prendas?

T M: Parles-nous de Black Bang Theory…quel est le concept et la philosophie de cet endroit? Que cherchez-vous à transmettre avec vos habits?

M: Nos enamoramos de un espacio, que nos hizo abrir este establecimiento. Primero buscamos un lugar que tuviese un techo muy alto en un barrio que está en vías de renacer, porque Raval, para mí, es un barrio que está en proceso de transformación, es un lugar que está en proceso de crecimiento. Propuse generar un concepto e invitar a muchos diseñadores a compartir esta ubicación conmigo sin preocupaciones económicas. La idea era saber si podríamos generar una corriente, una especie de movimiento de vanguardia, si nos asociábamos y creábamos una suerte de sinergia dinámica alrededor de la vanguardia. En eso creo que hemos tenido éxito.
M:Nous sommes tombées amoureuses de l’espace où nous avons décidé d’ouvrir cet établissement. En premier lieu nous cherchions un endroit avec beaucoup de hauteur sous plafond dans ce quartier qui commence sa renaissance, parce que Raval est pour moi un quartier en plein processus de transformation, c’est un endroit en pleine croissance. Je voulais créer un concept où je pourrais inviter de nombreux designers à partager avec un espace avec nous sans préoccupations économiques. L’idée était de voir si nous pouvions générer un courant, une espèce de mouvement d’avant-garde en nous associant et en créant une sorte de dynamique, de  synergie autour de l’avant-garde. En cela je crois que nous avons réussi.

 

T M: Tenéis un espacio increíble, muy industrial y de diseño ¿quién diseñó vuestro local? ¿puedes hablarnos de los diferentes espacios de Black Bang Theory?

T M: Vous avez ici un espace incroyable, très industriel et très design. Qui a designé votre local? Peux-tu nous parler des différents espaces de Black Bang Theory?

M: El espacio se diseñó con una amiga mía que se llama Cynthia Ayral, que es una arquitecta parisina con la que tuve la oportunidad de realizar múltiples proyectos en mi vida profesional. La ventaja que tenemos es que nos conocemos lo suficiente como para podernos expresar libremente. El punto central era el Bang Bang; es decir, la explosión. Buscamos los materiales más minimalistas posibles, es por eso que es tan crudo. El negro porque estamos frente a una identidad un poco dark de la vanguardia. Muchas veces la vanguardia es negra, o en todo caso los colores primarios tal como el blanco. Uno no puede ir mucho más lejos. Construimos este lugar en 15 días. Es muy divertido, por cierto, pero encuentro que está muy bien logrado. Es considerablemente imponente, considerablemente teatral al mismo tiempo, con una fuerza implosiva también.
M: L’espace a été designé par Cynthia Ayral, une amie architecte d’intérieur parisienne avec qui j’ai eu l’opportunité de réaliser de nombreux projets au cours de ma vie professionnelle. L’avantage que nous avons eu est que nous nous connaissons suffisamment pour pouvoir nous exprimer librement. Le point central était le Big Bang, c’est à dire, l’explosion. Nous avons recherché les matériaux les plus minimalistes possibles, et c’est pour cela que l’endroit est si brut. Le noir car nous étions face à une identité un peu « dark » de l’Avant-garde. L’Avant-garde est souvent noire, ou tout au moins de couleur primaire comme le blanc. On ne peut aller beaucoup plus loin. Nous avons construit cet endroit en 15 jours. Ce fût une expérience exaltante, mais le résultat est très réussi. L’endroit est à la fois très impressionnant et théâtral, et l’on y ressent une force implosive aussi.

Magali.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

11 Août 2016
+

Face à Face Fabio Deronzier/Zao Wou Ki

Abstraction Lyrique/Réalité Sensible…
L’abstraction lyrique d’un paysage face à la réalité sensible d’une émotion.
Oeuvres habitées ou peuplées de solitudes?
Sans doute l’oeuvre de « voyageurs« : voyageurs du monde, voyageurs du rêve, voyageurs de l’émotion.

Un matin d’Août, une vidéo appelée « Je suis allé peindre la mer » attire mon attention. Entrant en résonance avec l’un des personnages d’une fiction littéraire qui m’est chère, je décide d’explorer l’univers du jeune artiste français Fabio Deronzier. A travers sa peinture je redécouvre avec bonheur une sensation éprouvée il y a maintenant plus de 20 ans au moment de ma découverte de l’oeuvre vibrante de Zao Wou Ki…
Excitation à l’idée de pouvoir suivre le chemin de cet artiste: sensation rare d’être au bon endroit, au bon moment.
 
[/quote]
Références – Peinture:
– « Part au plus loin de cela » et « Paysage 01 – 2015 » de Fabio Deronzier
– « 070874-240877 » et « 031274 » de Zao Wou Ki
Références – Littérature:
– « Océan Mer » de Alessandro Baricco

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

20 Mai 2016
+

Bande annonce Black Bang Theory

23 Fév 2016
+

Dans la lumière

Enfin sur vos écrans!

cynthia ayral

Tous mes remerciements à Carole Gaudefroy pour son professionnalisme et sa grande patience!

01 Fév 2016
+

Woman life portrait

Des mots sur ses pensées. Puis mes pensées sur ses mots. Enfin ses mots sur mes pensées…
Comme une mise en abyme. Plus qu’un portrait: un instantané.

« La question du talent, de sa mise en forme rejoint toute création. Finalement ce n’est pas uniquement artistique, pour moi, l’envie d’apporter quelque chose serait l’envie d’une singularité qui prend part à une forme de création. Apporter sa petit pierre à l’édifice est une flamme que certains laissent s’éteindre et pour d’autres que cela obsède, je fais partie de ceux-là. Rien ne se crée, rien ne se perd tout se transforme. Dans la finalité, les valeurs de nos idées filent d’échanges en échanges comme l’effet papillon. » Cynthia.
 »
07 Jan 2016
+

Peinture Totale

Pour croire en l’impossible et avec un esprit ouvert, trouvez un moyen
de le rendre possible. Transformer un fragment de rêve, une ballade dans la rue, un mot, le vague éclat d’une idée en quelque
chose de physique.
Tirer la couleur et la forme du point de fuite et matérialiser ça, avec une telle clarté qu’il semble que cela ait toujours existé.
Réaliser ça et être capable de le faire simultanément sur une trentaine de toiles ou plus est une autre affaire.
Vous devez attendre, patiemment que le début et le milieu passent pour que le jeu final de chaque toile soit un nouveau commencement.
C’est alors que les heures de monologues isolés deviennent dialogue, que le temps s’étire en simples séquences avec pour destination le doute puis la certitude.
Quand entièrement coordonné et flottant dans l’air, vous ne peignez pas juste: vous êtes la peinture….
C’est la Peinture Totale.

Andrew Gadd, artiste peintre
20 Déc 2015
+

Un air de fête

Repousser vos propres limites, c’est aller plus haut

cynthia ayral
19 Nov 2015
+

Inauguration Bureaux Bordeaux

La société Xpéris a inauguré ses nouveaux locaux en Novembre 2015.
Pour cette soirée la société Cours n°3, organisateurs d’évènements, a proposé une sélection d’oeuvres d’Art pour le plus grand plaisir des invités.

 

28 Août 2015
+

exposition "Dedans" de Pusha Petrov

Pusha Pétrov ou l’art de la juste distance.

Comment conserver la juste distance quand on se veut témoin d’une telle intimité? Qu’est-ce qui différencie le respect de la simple curiosité? Je n’ai pas de réponse… Je reste incapable de décoder ce mystère mais je ressens, face à ce travail d’une grande sensibilité, que nous y sommes.
Avec son exposition  » Dedans », au Château de Luttange ,  Pusha Pétrov nous invite à une visite qui a quelque-chose d ‘irréel… De sa série sur « les maisons des gitans » aux « Banats bulgares » en passant par la série des « pares-brises », nous voyageons à travers des univers intimes, des cultures, des moeurs… La juxtaposition des photographies et des installations dans ce mystérieux cadre nous interroge alors sur la notion d’ « habiter ».

Toujours ailleurs, sa vie se déroule comme un rêve individuel.

Pusha Pétrov, photographe

 

15 Mai 2015
+

Face à Face JP Gaultier/Antonio Berni

De la fiction à la réalité…
Cette étrange sensation de familiarité que l’on éprouve parfois face à un paysage, un oeuvre ou une scène jusque là inconnu. Puis les connexions se font, les détails et les souvenirs reviennent pendant que d’autres, tout aussi précieux se créent là, juste dans cet instant de grâce.

 Me rendant au Grand Palais pour voir l’exposition consacrée à Jean-Paul Gaultier, je reste figée face à une de ses créations qui me renvoie à quelques milliers de kilomètres de là, 6 mois en arrière:
l’exposition « Juanito y Ramona » d’un artiste argentin Antonio Berni au musée d’Art latino-américain Malba de Buenos
Aires.
Face à face 2
05 Mar 2015
+

Pensées

Un déplacement, un voyage, comme une parenthèse que les rencontres viennent enrichir. Des réflexions échangées le temps d’un Paris-Bordeaux…
Puis la vie reprend son cours.

Quand certains occupent l’espace, d’autres se contentent de le traverser…
J’appartiens à cette seconde catégorie.

Dorian François, photographe